LA Metro commence à imposer des amendes aux hommes pour avoir « étendu » la posture assise … la guerre contre les hommes aboutit à une nouvelle folie

LA Metro commence à imposer des amendes aux hommes pour avoir « étendu » la posture assise … la guerre contre les hommes aboutit à une nouvelle folie

Ceux qui cherchent à monter dans le métro dans la région de Los Angeles sont maintenant tenus de respecter un nouvel ensemble de « Metro Manners », et certains sont définitivement plus sordides que d’autres. Faire des choses comme manger ou boire, jouer de la musique forte, placer du chewing-gum sous les sièges, déranger les autres, et même « manspreading » vous coûtera 75 $, selon CBS Los Angeles.

Pour ceux qui ne sont pas conscients, « l’étalement » est quand un homme s’assoit sur un siège et écarte ses jambes, bloquant ainsi les sièges à côté de lui et involontairement ou intentionnellement (bien que la plupart du temps involontairement) révèlent leur virilité à tout le monde dans la région . Bien qu’il soit tout à fait compréhensible que le métro de Los Angeles ne veuille pas que des passagers occupent plus d’un siège, il semble un peu stupide qu’ils soient allés jusqu’à imposer une amende de 75 $ à ceux qui occupent ce poste. C’est comme s’ils oubliaient que les gens peuvent simplement marcher dans le métro et dire poliment «Excusez-moi, monsieur, vous occupez trois sièges. Veuillez bouger. »Inutile de dire que cela semble être une solution beaucoup plus raisonnable.

En outre, il vaut la peine de mentionner que si la pratique de répartir les jambes sur les transports en commun pour bloquer les sièges adjacents était appelée «propagation des femmes» au lieu de «transfert», alors les féministes à travers le pays seraient indignées. Ils qualifieraient la règle de sexiste et argumenteraient qu’elle viole leurs droits civils, ce qui n’est pas surprenant étant donné que ce sont les mêmes personnes qui s’irritent lorsqu’on leur dit que la croissance des cheveux aisselle verts est socialement inacceptable. À tout le moins, il y a un double standard qui n’est pas passé inaperçu. (Relatif: Melbourne cafe charge 18% « taxe masculine » pour punir les hommes pour la façon dont ils sont nés.)

Sur une note beaucoup plus sérieuse, il y a vraiment un problème croissant en Amérique aujourd’hui qui est directement lié à la montée du mouvement féministe. Ce qui a commencé comme une poussée pour l’égalité s’est lentement transformé en une forte haine pour les hommes, et par conséquent, les hommes commencent à se demander si le mariage en vaut la peine ou non. Selon le Pew Research Center, entre 1997 et 2010, le nombre d’hommes âgés de 18 à 34 ans qui affirment que le mariage est l’une des choses les plus importantes dans la vie est passé de 35% à 29%. Pour des raisons évidentes, cette tendance est potentiellement préjudiciable aux générations futures et à l’avenir de notre pays en général.

Suzanne Walker a développé davantage cette «guerre contre les hommes» dans un article de Fox News publié en 2012. «Dire que les relations entre les sexes ont radicalement changé est un euphémisme», écrit Walker. « Depuis la révolution sexuelle, il y a eu une refonte profonde de la façon dont les hommes et les femmes interagissent. Les hommes n’ont pas beaucoup changé – ils n’avaient pas de révolution qui l’exigeait – mais les femmes ont radicalement changé. « 

«En un mot, les femmes sont en colère», a poursuivi Walker. « Ils sont également sur la défensive, bien que souvent inconsciemment. C’est parce qu’ils ont été élevés à penser aux hommes comme l’ennemi. Armés de cette nouvelle attitude, les femmes ont poussé les hommes de leur piédestal … et ont grimpé pour prendre ce qu’on leur a appris à croire qu’il leur appartenait légitimement.

Bien sûr, attribuer 100% de la responsabilité aux femmes pour les problèmes importants de la génération millénaire serait inexact et trop simpliste. Mais autant de problèmes que les jeunes et autant de facteurs qui y contribuent, le féminisme radical reste l’un des plus significatifs. Les féministes devraient envisager de faire de leur mouvement plus d’égalité entre les sexes et moins de démolir les hommes, surtout si elles veulent conserver leur crédibilité au cours des prochaines décennies.

Sylvie

Les commentaires sont fermés.