La messagerie texte gâche le sommeil des adolescents

La messagerie texte gâche le sommeil des adolescents

La qualité du sommeil de près de la moitié des jeunes de 16 ans peut être affectée par la messagerie texte sur les téléphones portables. Le sommeil d’un enfant de 13 ans sur quatre pourrait aussi être affecté, selon les chercheurs, qui ont examiné les effets de la messagerie textuelle sur l’interruption du sommeil chez les adolescents (Journal of Sleep Research (2003: 12: 263). Les élèves de première et quatrième année (respectivement âgés de 13 et 16 ans) de l’étude de Leuven sur les médias et la santé des adolescents (SOMAH) basée en Flandre, en Belgique, ont été interrogés à quelle fréquence ils étaient réveillés la nuit. En première année, 13,4% des étudiants ont déclaré être réveillés une à trois fois par mois, 5,8% ont été réveillés une fois par semaine, 5,3% ont été réveillés plusieurs fois par semaine et 2,2% ont été réveillés chaque nuit. groupe, 20,8% ont été réveillés entre une et trois fois par mois, 10,8% ont été réveillés au moins une fois par semaine, 8,9% ont été réveillés plusieurs fois par semaine et 2,9% ont été réveillés chaque nuit. Les adolescents ont également été invités à indiquer à quel point ils se sentaient fatigués à plusieurs reprises. « Ces résultats préliminaires suggèrent que les téléphones portables peuvent avoir un impact majeur sur la qualité du sommeil d’un nombre croissant d’adolescents. La moitié des enfants les plus âgés de l’échantillon », explique Jan Van den Bulck de la Katholieke Universiteit Leuven, qui rapporte les résultats dans une lettre au journal. La lettre poursuit:« La menace pour un sommeil sain est potentiellement plus importante que la menace Ces derniers semblent principalement influencer le temps passé au lit, alors que les téléphones portables semblent effectivement conduire à un sommeil interrompu. « Bien que des études aient examiné les effets du sommeil sur les enfants causés par les télévisions et les ordinateurs dans la chambre à coucher, été fait sur l’impact des téléphones mobiles, en particulier lorsqu’il est utilisé pour la messagerie texte. De plus en plus d’informations montrent que le nombre d’enfants utilisant un téléphone mobile augmente et que certains les prennent au lit pour ne manquer aucun message texte entrant. «Il existe un petit nombre croissant de recherches sur l’impact des médias sur les habitudes de sommeil des jeunes: le manque de sommeil et les cauchemars sont liés à l’écoute de la télévision. la chambre de l’enfant et au jeu. Les médias pour la communication interpersonnelle, cependant, semblent ne pas avoir reçu une attention similaire », a écrit le Dr Van den Bulck.

Sylvie

Les commentaires sont fermés.